holiday

Ambiance musicale

Voilà.

C’est fait.

Maintenant, je peux, en vrac et surtout pas dans l’ordre… Lire. Ecrire. Flâner. Rêver. Le tout… sans culpabiliser. Et peut-être même… surligner des poèmes !

Ces derniers jours, étrangement, ont été exaltants. A la fois extrêmement angoissants et stressants, mais aussi tellement plein de signification pour moi… Je ne trouve pas les mots. J’ai eu l’impression de vivre, vraiment, l’impression de vivre quelque chose d’extraordinaire, quelque chose qui marquera mes souvenirs. Je me suis laissé griser. J’ai savouré ce concours, je crois… ce concours qui couronne tant de travail. Je ne sais pas ce que ça donnera au niveau des résultats, c’est toujours difficile de dire lorsque c’est un concours… Cela dépend tellement des autres. Mais j’ai la satisfaction du travail accompli, et du travail bien fait. Malgré tout ce qui trottait dans ma tête ces derniers temps, j’ai réussi à travailler au mieux… et ça me porte.

Mais qui dit fin du concours dit aussi… fin du répit, en quelque sorte. Il a tellement été là pour moi, tu sais. C’est lui que j’ai appelé en larmes le lundi soir, car je n’arrivais pas à dormir. C’est Lui qui m’a rassurée, serrée dans ses bras, Lui que j’ai appelé au début et à la fin de chaque épreuve.

Et hier, comme promis, un texto. Ça faisait trois semaines que l’on avait décidé de couper les ponts, pour que je puisse travailler. Déjeuner. Puis il a posé son après-midi sur un coup de tête. Grande balade. Il est toujours aussi beau. Toujours aussi bien. Il me fait toujours rire autant…

Et je repense à cette jeune femme, qui me disait…

Mon cœur est assez grand pour aimer mes cinq enfants, alors pourquoi ne pourrait-il pas aimer deux hommes à la fois ?